Erreur
Samedi, 11 Février 2017 19:09
Évaluez cet article
(0 votes)

Rang du Fliers

Naissance d’une commune : Rang-du-Fliers

Après la Révolution, l’Empire et la restauration de la monarchie, quelle est l’image symbolique d’un village traditionnel au XIXème siècle ? La réunion d’une église, d’une mairie  et d’une école.

Après plus de 25 ans, l’école de Verton qui date de 1828, se révèle trop petite pour accueillir ché t’chios Vertonnoés. Place à la modernité ! Avec un nouveau projet en 1855 : la construction d’une mairie école avec logement d’instituteur. Les 13, 18 et 26 mai 1856, le conseil municipal délibère toujours sur le projet : il faut trouver un terrain et de quoi financer le projet.

M. Charles LEVEL possède un terrain bien situé, à la croisée de la rue de l’Eglise et du chemin de Berck à Montreuil. L’estimation est de 1408 francs pour le terrain nu et de 3893 francs avec les bâtiments. (Soit aux environs de 8 000 €)

Le financement va créer une vraie crise politique opposant à Verton bourg, le hameau de Rang-du-Fliers.

 

Le conseil municipal va vendre des biens communaux : 88 Hectares & 86 ares de biens communaux dont près de 86 hectares situés dans la seule section de Rang-du-Fliers. Les habitants du hameau les utilisent comme prés communaux. Leurs enfants ne pourront même pas être scolarisés à Verton bourg car l’habitat dispersé du hameau va jusqu’à Merlimont ce sera la pomme de discorde.

 

 

LA   CRISE   RANGEOISE


 Le 21 décembre 1856, les 6 représentants du hameau de Rang-du-Fliers votent CONTRE l’achat du terrain destiné à la construction de la mairie école (le conseil a 16 membres).

La création de cette mairie école va provoquer 4 pétitions transmises au sous-préfet et au préfet (voir copies et transcriptions reliées) ; l’évêché à Arras interviendra également. Tout cela va bloquer le dossier : le préfet va devoir trancher, mais la pression est forte de tous côtés.

Quel est l’argumentaire des habitants du hameau de rang-du-Fliers ?

 

Première pétition, en réponse au conseil municipal du 13 mai 1856

- La décision de financer le projet par la vente de 86 hectares de biens communaux sur la commune de Verton dont 85ha 82ca de biens communaux situés sur la section de Rang-du-Fliers est jugée inégale car les deux parties de la commune sont éloignées et ont des intérêts distincts.

- Les enfants de Rang-du-Fliers ne peuvent déjà pas se rendre à l’école communale distante de 4 à 6 km ; la nouvelle ne changera pas la distance. Les Rangeois sont obligés de payer un instituteur particulier, pour lequel  la commune ne verse qu’une indemnité de 40fr. par mois. 

- Que pour la même raison, ils ne peuvent se rendre à l’église ; les habitants du hameau ont ouvert une souscription (qui atteint de 5000 à 6000fr) pour édifier une petite église au centre de leur hameau.

- Le fait que Verton centre ait été privé de la gare au profit des Rangeois plus laborieux et  industrieux a provoqué de l’irritation contre ces dernier.

- C’est la section de Rang-du-Fliers qui va supporter le plus fort coût pour une école dont elle ne profitera pas. Elle a besoin des terrains à vendre,  pour ses troupeaux, et le prix de vente est bas par rapport à ce qu’il pourrait être plus tard. « C’est vendre son blé en herbe »

- Sur les 90 élèves de Verton près de 45 sont instruits gratuitement donc à la charge de tous, alors que les 75 à 80 élèves de Rang-du-Fliers ne coûtent à la commune que 40 Fr. par an.

- Dernier argument : il y a deux ans on voulait faire une école pour 8000 Fr. Pourquoi le projet actuel coûte-t-il plus du double pour un aussi petit nombre d’élèves et seulement pour une partie de la commune ?

 

Devant tant de sujets de discorde et la « mauvaise foi » attribuée aux élus de la commune, le hameau demande la séparation d’avec Verton.

Deuxième pétition : 4 avril 1857, en réponse à la délibération du conseil municipal du 22 mars 1857.

Les signataires rappellent

- Que les habitants de Verton ont toujours traité Rang-du-Fliers comme une section « à part ». Du fait de l’éloignement, les occupations journalières, les ressources commerciales des Rangeois diffèrent totalement de celles des habitants du bourg.

Que de cela découle « la mollesse, la négligence apportées par le maire de Verton d’alors à défendre les intérêts du hameau contre les envahissements et les usurpations du nommé Guilbert, de Merlimont, dans le procès dont il s’agit. » (référence à un procès contre l’appropriation de biens à la limite de Merlimont et de Rang-du-Fliers, par ledit Guilbert, dont les frais furent supportés par les Rangeois)

- Que le hameau n’a rien à espérer de la commune pour la construction d’une église et d’une maison pour son desservant et d’une école pour instruire ses enfants

Ils espèrent

- Que « l’autorité administrative (…) ne laissera pas opprimer ceux dont les nobles efforts méritent quelques éloges et une protection toute efficace ».

- Qu’on n’enlèvera pas aux 650 habitants leur unique ressource, qui vaudra le triple dans 10 ans.

 

« Ils vous prient de vouloir bien provoquer une loi qui érigera leur section en commune… »

  

Troisième pétition, 20 juillet 1858, qui reprend cela et rappelle que le Conseil d’Arrondissement et le Conseil du Département ont donné un avis favorable pour la séparation demandée

  

Quatrième pétition le 31 mars 1859, qui met en cause la hargne personnelle du maire de Verton, Monsieur le Comte de la Fontaine-Solare

Grâce à leur ténacité, les habitats du hameau obtiendront

 

Une chapelle vicariale (1862-1864), qui deviendra église

                        (voir la partie d’exposition qui lui est consacrée)

 

Puis une école (plan projet de 1863)

  

En 1870, le hameau devient une commune à part entière,

ce qui apporte à ses habitants les derniers attributs de leur indépendance :

 

Une mairie, d’abord simple salle dans l’école de garçons

Et un cimetière en 1872.

Dernière modification le Samedi, 18 Février 2017 20:46
Jérémie POINCET

Jérémie POINCET

Jérémie POINCET, Président de l'Association AGHVE Côte d'Opale

Site web: www.aghve.fr

Dernier(s) article(s) de Jérémie POINCET

Articles similaires (par étiquette)

Retour en haut