Lundi, 20 Février 2012 22:47
Évaluez cet article
(0 votes)

Le cauchemar du généalogiste

Le cauchemard du Généalogiste Le cauchemard du Généalogiste AGHVE

Lors de toute recherche généalogique, il arrive un moment où  l'on est confronté au "chaînon manquant" : on connait le fils mais on ne connaît du père qu'un prénom. Plus les actes sont anciens, moins il sont précis. S'ensuit donc une recherche à l'aveugle. On fait une soustraction de 20 ans et on remonte le temps dans le recueil des actes de naissances (ou de baptêmes, avant la révolution).
Si cette mésaventure a lieu dans une zone frontalière récemment conquise, au XVIIème siècle par exemple, s'ajoute une difficulté supplémentaire : la langue dans laquelle est écrite l'acte sera sans doute le latin.
Voici mon cauchemar : retrouver l'acte de naissance d'un Pierre Vandenbroucke, père de Pierre Joseph né en Belgique, à Poperinghe, en 1746. Je récupère systématiquement les données correspondant au nom de famille et commence à tisser la "toile familiale" avec les frères et soeurs.  Et je remonte ainsi jusqu'à la fin du XVIIème. et je tombe sur cet acte :

Hé oui, de quoi en horrifier plus d'un !!!

D'abord, la transcription approximative s'impose (même mise en page) puis la traduction (se rappeler que le tilde [ ~ ] est la marque d'une abréviation)


codem die baptizavi franciscum filium........Le même jour, (le 1er mars) j'ai baptisé François, fils
francisci vañ broucke et joanne.................de François Vanden broucke et Jeanne                   
le cluyse coniugum natum heri..................Le cluyse, mariés, né hier
subscep er.... franciscus vañ broucke........les parrain marraine sont François Vanden broucke
ex nieuw kercke et francisca....................[originaire] de Nieuwkercke (en Belgique près de Bailleul)  et Françoise lousceri (?) ... Lousceri ........ ?                           
   

Et le voilà le cauchemar : la tradition de donner au filleul le prénom du parrain, fait que les homonymies forment un écheveau difficile à filer : ici 3 françois sur au moins deux générations et une françoise dans le même acte... Le nom des épouses va servir de différentiel ...  

Je poursuis mes recherches

Dernière modification le Jeudi, 12 Avril 2012 08:10

Articles similaires (par étiquette)

Retour en haut